Qui êtes-vous ?

Ma photo
Journaliste depuis 30 ans, à la fois spécialiste des pays en proie à des conflits et des questions d'écologie,de protection de la nature et de société; derniers livres publiés: Guerres et environnement (Delachaux et Niestlé), L'horreur écologique (Delachaux et Niestlé), "La Grande Surveillance" (Le Seuil),une enquête sur tous les fichages (vidéo, internet, cartes bancaires,cartes médicales, telephone, etc). Et enfin "Enquête sur la biodiversité" (ed Scrinéo, coll Carnets de l'info). Aprés 20 ans au Journal du Dimanche, collabore désormais à l'hebdomadaire Politis et à Médiapart.

vendredi 18 octobre 2013

Loup: les protecteurs de la nature claquent la porte de la concertation



L’association Férus, qui se consacre à la préservation du loup, de l’ours et du lynx ainsi que le WWF, ont quitté lundi 14 octobre les discussions du Groupe National Loup. Ils ne souhaitaient manifestement pas être associés plus longtemps à une négociation tendant à faire accepter aux associations de protection de la nature, l’élimination progressive, pour cause électorale, d’une espèce à la fois protégée par la loi française et la législation européenne. Les protecteurs de la nature estiment que les dérogations ne visent qu’à justifier des opérations placées sous le seul contrôle des chasseurs et de quelques éleveurs. Férus et le WWW s’expliquent dans un communiqué dans lequel ils déclarent notamment :

« Dans les discussions, il n'a été à aucun moment question de tirs de loups à l'occasion de battues au gibier, dispositif sans contrôle exercé par des chasseurs non assermentés, pas plus que dans l'arrêté ministériel qui sert de base juridique à l'application du Plan national loup. C'est pourtant ce qui s'est produit suite aux déclarations faites au nom du gouvernement par M. Stéphane Le Foll en déplacement dans la Drôme, étayées par un courrier du ministre de l'écologie aux préfets des Alpes Maritimes, du Var et des Alpes de Haute-Provence. Depuis lors, des battues au loup sous couvert de battues au grand gibier ont été réalisées dans les Alpes Maritimes et également dans la Drôme. Sans contrôle sur le terrain par les agents de l'ONCFS ou les lieutenants de louveterie qui sont assermentés. Un tel dérapage est inacceptable ».

Le dialogue parait rompu entre le gouvernement et les protecteurs de la nature qui dénoncent l’oubli de la préservation de la biodiversité et la réduction du pourtant modeste budget du ministère de l’écologie.

3 commentaires:

almanachronique a dit…

Et j'ai entendu dire qu'ils approchent de la région parisienne (les loups!). Je crains pour eux s'ils arrivent par ici où cependant agriculteurs comme chasseurs se plaignent d la prolifération des cervidés!
Pourquoi cette vindicte de l'homme à l'encontre du loup (et de l'ours)?
Qui un jour publiera un texte démontrant l'utilité passée et présente des grands prédateurs en tant que régulateurs des espèces???
En attendant, m'autorisez vous à faire suivre votre article sur mon blog?

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Non, ils sont encore loin de Paris.
Le livre que j'ai publié il y a trois ans, "Le Roman du Loup" aux éditions du Rocher, répond en partie à votre question.
CMV

Valerie Bensi a dit…

Je suis très choquee par votre haine contre Seasheperd et le Capitaine Watson qui eux se battent tous les jours sur le terrain!! Et risquent leur vie!!On ne s en prend pas a des personnes comme cela..surtout quand ceux ci n ont qu'un seul but qui est pacifiste!! LONGUE VIE A TOUS SHEPHERD DANS LE MONDE ET A JAMAIS..