Qui êtes-vous ?

Ma photo
Journaliste depuis 30 ans, à la fois spécialiste des pays en proie à des conflits et des questions d'écologie,de protection de la nature et de société; derniers livres publiés: Guerres et environnement (Delachaux et Niestlé), L'horreur écologique (Delachaux et Niestlé), "La Grande Surveillance" (Le Seuil),une enquête sur tous les fichages (vidéo, internet, cartes bancaires,cartes médicales, telephone, etc). Et enfin "Enquête sur la biodiversité" (ed Scrinéo, coll Carnets de l'info). Aprés 20 ans au Journal du Dimanche, collabore désormais à l'hebdomadaire Politis et à Médiapart.

dimanche 12 octobre 2008

Travailler le dimanche, gaspiller plus, transformer l'acte d'achat en valeur culturelle

Dimanche 13 octobre
Mon ancien journal, paraissant le dimanche, vole une nouvelle fois aujourd’hui à la rescousse d’un gouvernement qui, dans sa frénésie de dérégulation, la dérégulation qui brise ou émiette toute résistance sociale, veut faire ouvrir toutes les grandes surfaces le dimanche. En expliquant d’une part que les gens auront « plaisir à s’y promener » et d’autre part que les magasins vendront plus. Un lapsus pour « gagner plus », sans aucun doute. Même si ce n’est pas prouvé. Curieuse société que celle qui considère l’acte d’achat comme une récréation et cherche à faire consommer plus dans un univers qui constitue déjà une société de gaspillage tendant à faire acheter de plus en plus de produits rapidement jetables, y compris les vêtements, alors que des produits plus chers mais plus solides sont infiniment plus « rentables » pour les individus et les familles. Calcul facile à faire pour les individus et pour la planète.
Curieuse société que celle qui tente de faire croire à tout le monde en général et aux plus démunis en particulier, que les magasins ouverts le dimanche donneront plus de pouvoir d’achat à une population dont, majoritairement, les comptes en banque ne sont pas magiquement extensibles. Sauf à s’adapter en se laissant piéger par les célèbres crédits revolving dont la publicité monte en flèche.
Curieuse société que celle qui voudrait nous persuader qu’il n’existe pas, le dimanche, d’autres distractions que la visite d’une grande surface. Et qu’il n’existerait donc que le seul modèle américain dans lequel les achats superflus et éphémères couronnés par un mauvais Mac Do constituent les seuls plaisirs disponibles.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Pas mieux..et bien d'accord

Jean-Christophe a dit…

D'accord
Davantage que changer ses ampoules ou fermer le robinet c'est travailler moins, gagner moins et consommer moins que l'on doit faire. D'accord avec vous

VADROT a dit…

Au moins consommer moins car il est légitime que certains rêvent de gagner plus...

CMV

eric a dit…

Au moins consommer mois...
au mieux consommer mieux !