Qui êtes-vous ?

Ma photo
Journaliste depuis 30 ans, à la fois spécialiste des pays en proie à des conflits et des questions d'écologie,de protection de la nature et de société; derniers livres publiés: Guerres et environnement (Delachaux et Niestlé), L'horreur écologique (Delachaux et Niestlé), "La Grande Surveillance" (Le Seuil),une enquête sur tous les fichages (vidéo, internet, cartes bancaires,cartes médicales, telephone, etc). Et enfin "Enquête sur la biodiversité" (ed Scrinéo, coll Carnets de l'info). Aprés 20 ans au Journal du Dimanche, collabore désormais à l'hebdomadaire Politis et à Médiapart.

jeudi 3 juillet 2008

Sarkozy: le président écolo qui se dope aux neutrons

3 juillet

Le président de la République, toujours à la pointe du progrès en écologie, a annoncé ce jeudi la construction d'un nouveau réacteur EPR. Ceci un mois après avoir fait, lors d'une visite à Orléans, la fine bouche sur les éoliennes à cause du paysage. Le paysage dans lequel, grâce à la loi sur le commerce actuellement en discussion au parlement, vont s'installer encore plus de ces grandes surfaces qui font le charme urbanistique de la France. Un paysage au sein duquel les architectes des bâtiments de France, nourries aux vieilles mamelles de l'idéologie de la nature et des villes décors, regardent avec plus de suspicion les panneaux solaires et les éoliennes que les panneaux publicitaires et les hypers-horreurs déjà mentionnées, comme je viens de m'en rendre compte au colloque organisé vendredi dernier à Aix les Bains par le "Solar Event"
Cette annonce du président va donner de l'animation aux manifestations anti-nucléaires prévues pour le 13 juillet. Cette annonce donne aussi le ton de ce que sera la présidence française de l'Europe au cours de laquelle les gouvernement français va s'efforcer de convaincre ses 26 partenaires de comptabiliser les centrales nucléaires dans les "énergies renouvelables". Au moins pour la France et sa célèbre "exception culturelle".
Ceci étant dit, je ne pense pas que le solaire, l'éolien, la biomasse ou même les économies d'énergie (30 % à gratter !) sont LA solution face au nucléaire. Mais toutes les nouvelles technologies font partie de la solution et, si l'on ne se base que sur le niveau des investissements pour un réacteur, l'ajout de ce réacteur sera négligeable par rapport à ce qu'ils permettraient en énergie renouvelable.
Mais ce qu'il y a de commun entre le démantèlement des 35 heures, la remise en cause du code du travail, l'affaiblissement de la Sécurité sociale et le nucléaire, c'est qu'il s'agit d'une démarche idéologique.
Bon, sur le nucléaire, on attend par exemple la réaction des socialistes et, en particulier, de Ségoléne Royal et de Bertrand Delanöe.

2 commentaires:

gossip a dit…

Après recherche sur internet, je n'ai pas révé hier soir en entendant sur BFM TV, N. S. dire que l'EPR allait permettre d'économiser des tonnes d'émission de CO2, émission responsable du trou dans la couche d'ozone.
Soit BFM TV est un nid de dangereux gauchistes qui ne pensent qu'à ridiculiser le chef de l'État, soit ses journalistes se sentent aussi concernés que N. S. par les questions environnementales.

Rions pendant qu'on le peut encore.

Anonyme a dit…

Pas une réaction aux 'incidents" niveau 1 sur le site Tricastin?
Incident 1 pour AREVA = catastrophe économique pour les producteurs riverains (agriculteurs notemment.)