Qui êtes-vous ?

Ma photo
Journaliste depuis 30 ans, à la fois spécialiste des pays en proie à des conflits et des questions d'écologie,de protection de la nature et de société; derniers livres publiés: Guerres et environnement (Delachaux et Niestlé), L'horreur écologique (Delachaux et Niestlé), "La Grande Surveillance" (Le Seuil),une enquête sur tous les fichages (vidéo, internet, cartes bancaires,cartes médicales, telephone, etc). Et enfin "Enquête sur la biodiversité" (ed Scrinéo, coll Carnets de l'info). Aprés 20 ans au Journal du Dimanche, collabore désormais à l'hebdomadaire Politis et à Médiapart.

lundi 28 avril 2008

Ces supermarchés qui nous escroquent, tuent les villes et créent du chômage

Avec le projet du gouvernement qui veut libéraliser (si c’est encore possible !!!) l’activité et l’implantation des grandes surfaces, on a encore vu l’escroc en chef Michel-Edouard Leclerc, nous faire le numéro du « défenseur du pouvoir d’achat » en nous promettant, comme d’autres plus discrets mais heureux comme des chats qui voient arriver un régiment de souris à croquer, qu’il va diminuer les prix. Escroc deux fois. Grâce à ce que la ministre de l’Economie, qui n’a jamais fait ses courses que devant les caméras de télévision, appelle sans rire (si, si) une nouvelle science qui s’appellerait la facturologie.

Je ne suis pas un défenseur de l’idéologie PME, mais...

A chaque fois que les distributeurs imposent quelques baisses aux dépends des fabricants, et en améliorant leurs profits de distributeurs, il y a quelque part des salariés dont le patron augmente les cadences et dont les salaires sont rognés. Tous les « gains » (tu parles !) du consommateur sont répercutés sur le consommateur salarié. Donc le même. Avec, donc du chômage et une multiplication des temps partiels. Le consommateur est un schizophrène dont la maladie est entretenue par les entreprises et la grande distribution.

Je ne suis pas un défenseur de l’idéologie du « petit commerçant », mais

Ils vont encore morfler un peu plus et disparaître encore plus des centres villes et des villages. Dans la ville de Gien, 19 000 habitants, où je passe une partie de mon existence, dans le centre (et ailleurs) il n’y a plus que deux épiciers dont une épicerie de secours. Et une troisième qui n’est que le faux-nez de Casino, l’ami bien connu des pauvres ; le nombre des bouchers, des boulangers et des charcutiers est en chute libre. Par contre, accessibles seulement en voiture, quatre hyper et deux super-marchés se partage « la chalandise » comme on dit dans ce milieu. Avec Mc do et Buffalo Gril pour enjoliver les lieux....

Dernière conséquence de la loi à venir

L’urbanisme commercial des abords des villes va encore accueillir des horreurs architecturales avec comme alibi « de lutter contre la baisse du pouvoir d’achat.

Je répète, escrocs. Gouvernement d’escrocs !

4 commentaires:

Sylvain a dit…

Tout à fait d'accord avec vous mais les permis de construire de ces boîtes de conserve géantes, restos qui "enjolivent" les lieux sont signés par les communes... Mais dire au revoir à la taxe professionnelle n'est pas une décision facile même pour des mairies de gauches...

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Exact, mais il doit exister d'autres moyens de faire vivre une commune que d'empiler les grandes surfaces. D'autant plus que les "taxes" se payent d'aménagement et de travaux de voiries et de viabilisation généreusement offerts par les communes...

cmv

bric a dit…

Cerise (chimique) sur le gâteau (aux émulsifiants), notre Lagourde appelle ça la "loi de modernisation économique". Cette appellation est un monument !
Ainsi jusqu'à ce jour vivions-nous sous un régime économique obsolète. La grande surface et ses bienfaits, le zorro-Leclerc et ses complices, l'étalement urbain, l'enlaidissement, l'artificialisation des sols, la destruction du travail et des travailleurs, la malbouffe, la déshumanisation des villes, l'intensification des transports internationaux pétrolivores, l'écrasement d'une majorité de chinois (et s'il n'y avait qu'eux), etc., ça n'était qu'un début...

samya a dit…

je suis brasilienne, j'habite a paris depuis 3ans, je parle 5 langues, j'ai un diploma universitaire et dans mon boulot, hotesse d'acccueil au musée, je gagne 1000 euros pour mois (38 heures par semaine), biensur si je ne tombe pas malade.
Alors svp, ne me parlez pas de pouvoir d'achat que je veux finir pour vomir dans les poches de M. Leclerc.
Long vie a votre blog!