Qui êtes-vous ?

Ma photo
Journaliste depuis 30 ans, à la fois spécialiste des pays en proie à des conflits et des questions d'écologie,de protection de la nature et de société; derniers livres publiés: Guerres et environnement (Delachaux et Niestlé), L'horreur écologique (Delachaux et Niestlé), "La Grande Surveillance" (Le Seuil),une enquête sur tous les fichages (vidéo, internet, cartes bancaires,cartes médicales, telephone, etc). Et enfin "Enquête sur la biodiversité" (ed Scrinéo, coll Carnets de l'info). Aprés 20 ans au Journal du Dimanche, collabore désormais à l'hebdomadaire Politis et à Médiapart.

mardi 3 juin 2008

Les chasseurs incendiaires et massacreurs de Brière toujours impunis !

3 juin

Retour...aux fondamentaux.

Je suis actuellement dans le parc régional de Brière (Loire Atlantique), prés de Saint-Nazaire. Une bonne occasion de rappeler qu'en 2001, les chasseurs ont mis le feu à la maison du parc, maison qui a donc totalement brûlé, avec toutes les archives d'un parc créé en 1967. Un des rares parcs régionaux ayant une cohérence écologique, économique et sociale. Petit mystère: alors que les chasseurs se sont vantés des années dans les bistrots de leur exploit, les gendarmes ne les ont jamais retrouvés! Quand aux autres chasseurs (façon de parler puisque c'était les mêmes) qui ont massacré des centaines d'oiseaux protégés pour protester contre la mise en place d'une réserve naturelle dans le sud du parc, ils ont simplement été condamnés à deux ans de retrait de permis de chasse, ce dont ils se foutent éperdument puisqu'un grand nombre d'entre eux chassent impunément sans permis et en dehors des périodes d'ouvertures de la chasse. Parait que les gendarmes ne sont pas assez nombreux pour s'occuper de ces questions alors que le parc régionale (c'est la loi) ne dispose d'aucun pouvoir de police.
Autrement dit, en France, mieux faut mettre le feu à des bâtiments officiels, massacrer des centaines d'oiseaux protégés et faire fuir dans d'autres régions des guides ornitho opposés à de telles pratiques que de couper des maïs génétiquement modifiés...

8 commentaires:

Jean-christophe a dit…

Ben oui Nous sommes dans un pays dirigé par une bonne bande de dégeulasses

Pierre. a dit…

Nous sommes surtout dans un pays où les esprits sont sclérosés...
Il faut simplement voir le nombre de commentaires pour chaque article de ce blog (qui est vraiment de salubrité publique, merci CMV au passage, ca fait du bien de vous lire...).
Bien pas assez.
Pour beaucoup de monde, l'écologie, l'environnement, c'est du détail (les députés et sénateurs en premier).
Votre dernier livre est très très vrai. En tant que responsable d'une assoc je peux témoigner. Vous avez ENTIEREMENT raison.

Tout le monde se proccupe peu en Occident, de l'Ecologie. Jusqu'au prochain vrai déluge...Et là, ça va paniquer...

Fatalité ?

Continuez pour votre blog. Un vrai bonheur.
On diffuse, on diffuse en local.

Pierre.

Anonyme a dit…

un coup de gueule salutaire et courageux contre la chasse. La grosse majorité des assos se gardent bien de critiquer leurs amis chasseurs, quant aux autres, forcément,elles sont cataloguées dans la série hystériques et extrémistes.
Merci pour vos chroniques en tout cas.

bric a dit…

Chaque article de Claude-Marie est un missile qui atteint son but en plein cœur. C'est tellement évident, il n'y a rien à ajouter. Donc je n'incrémente pas la suite des commentaires, la plupart du temps.

L'exemple décrit par CMV démontre ici une fois de plus que les chasseurs (difficile de ne pas faire l'amalgame) sont une milice fasciste - yapuka écrire : les fchasceurs. Si certains ne le sont pas, qu'ils se montrent.

Lydie a dit…

Le monde n'est qu'un amas de non sens mais il y a une explication commune a tout ca, c'est l'ARGENT, ce qui est plus difficile a comprendre c'est comment la majorite de la population qui vivote peut se laisser mener comme ca par du fric dont elle ne touchera pas une miette.
Votre blog est effectivement un bonheur a lire.
http://www.lapetition.be/en-ligne/stop-animals-gen- ocid-lance-une-ptition-contre-le-site-voyage-chass- e-com-2456.html
Un lien pour une petition contre un site en ligne qui vend des vacances-chasse partout dans le monde! Inadmissible!

Sylvain a dit…

C'est loin d'être le seul exemple de différences de traitement des "débordements" de certaines manifs. Suivant la cause défendue cela va du passage aux "comparutions immédiates" avec du ferme à la clé à...rien du tout comme dans le cas cité plus haut.

Anonyme a dit…

Ces oiseaux en question sont des Ibis sacres d egypte qui malheureusement ne sont plus present en egypte.

Vivant dans cette region, je connais assez bien l histoire de la briere et si nous pouvons encore l apprecier dans cet etat c est aussi grace a ces meme chasseurs (je suis contre la chasse) qui gerent le maraix et s opposent a toute presence d individus etrangers a cette region et toute tentative immobiliere. Une battue a l Ibis a ete organisee car cet oiseau, comme l ecrevisse, mange tout ce qu il trouve sur son passage y compris les oeufs des autres especes. Donc depuis la protection de cette espece et la cration de la reserve, la population d ibis a severement augmenter laissant moins de place et de nourriture pour les autres especes. A noter que les ibis n est pas une espece originaire de cette region

Pourquoi votre raisonnement n est il pas le meme que pour les ecrevisses seulement parce que c est une espece protegee mais des fois il faut transgresser la loi si l on veut conserver la biodiversite dans une region particuliere tout comme beaucoup de personnes pechent les ecrevisses meme si c est interdit... A bon entendeur

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Je ne fais pas du tout allusion aux Ibis qui se sont échappés de la propriété de Nicolas Hulot car il ne s'agit pas d'une espéce protégée (elle existe encore en Egypte, mais à des hérons et d'autres espéces protégées par la loi (et la logique) française. Je suis d'accord avec vous, il est tout à fait nécessaire d'essayer d'éliminer les ibis. Quant aux écrivisses américaines, elles ne sont pas protégées mais simplement interdites de transport parce qu'il s'agit également d'une espèce invasive et je ne me suis privé ni de les pêcher (disons ramasser tant elles pullulent) ni de les manger.