Qui êtes-vous ?

Ma photo
Journaliste depuis 30 ans, à la fois spécialiste des pays en proie à des conflits et des questions d'écologie,de protection de la nature et de société; derniers livres publiés: Guerres et environnement (Delachaux et Niestlé), L'horreur écologique (Delachaux et Niestlé), "La Grande Surveillance" (Le Seuil),une enquête sur tous les fichages (vidéo, internet, cartes bancaires,cartes médicales, telephone, etc). Et enfin "Enquête sur la biodiversité" (ed Scrinéo, coll Carnets de l'info). Aprés 20 ans au Journal du Dimanche, collabore désormais à l'hebdomadaire Politis et à Médiapart.

dimanche 25 février 2007

Biocarburant, USA, salon de l'agriculture

25 février

+ Alors que la plupart de nos présidentiables jouent les faiseurs de rêve avec le « bio »carburant qu’ils vont encore vanter dans quelques jours en visitant dans les sens du poil les agroculteurs, la polémique sur l’éthanol s’amplifie aux Etats-Unis. Au moment où le président Bus et les Démocrates croyaient avoir trouvé un terrain d’entente avec cette potion magique pour résoudre les problèmes énergétiques, les problèmes environnementaux et leurs problèmes politiques, un nombre grandissant de journaux et d’associations de citoyens expliquent que l’idée est stupide, que même subventionnée elle coûtera plus cher, en dollars et en carburant, que la production d’essence. On attend que les politiques français se rendent compte, eux aussi, que ce n’est pas une bonne idée et qu’il faudrait aussi qu’ils cessent d’appeler le jus de betteraves ou de colza « bio »carburant, un produit qui n’a rien de bio…

+ A propos du salon de l’agriculture qui s’ouvre la semaine prochaine, un concours est ouvert pour savoir d’abord quel candidat osera ne pas aller s’agenouiller devant les agro-pollueurs et ensuite lequel ou laquelle sera assez courageux pour leur demander de passer à une autre agriculture et de faire de la place (du point de vue des subventions…) à l’agriculture biologique. Les paris sont ouverts…

5 commentaires:

coco_des_bois a dit…

C'est dingue... autour de moi les gens, qui sont plus portés à chercher des échappatoires qu'à s'impliquer, sont persuadés par les médias que les bio-carburants sont non seulement bio mais "renouvelables... bref une vision d'avenir.
Mais comme bien souvent on refuse de voir ce qui se cache derrière ce qu'on nous vend, et là comme dans bien des domaines, il y a ce rapport Nord-Sud, l'exploitation du Brésil par exemple (que l'on présente comme un partenariat fructueux...)

Autre mythe, puisque tu parles du salon de l'agriculture et du bio, il serait impossible de nourir tout le monde avec le bio... d'où bien sûr les OGM etc etc...

Je vais me procurer ton livre, je doute qu'il me redonne un quelconque espoir mais il a l'air d'être bien documenté.

Anonyme a dit…

A écouter les commentaires sur l'agriculture des non spécialistes écologistes, on en viendrait à croire qu'il faut rendre la France aux jardiniers. Chacun pourrait cultiver ses carottes, ses choux et ses tomates sur son balcon pour être sûr de manger tous les jours...
Un peu d'objectivité ne ferait pas de mal.
Sur le fond, c'est vrai que l'on devrait parler d'agrocarburant plutot que de biocarburant parce que dans l'esprit de beaucoup, bio signifie "issue de l'agriculture biologique"... mais, après tout, pourquoi le préfixe "bio" devrait-il être réservé aux produits issus de l'agriculture biologique? En quoi l'agriculture biologique serait-elle la seule activité synonyme de "vie" !!?
Et concernant le coût des biocarburants pour l'état, pardon, agrocarburants, des études ont prouvé que pour 10€ investi par l'état, 9€ lui revienne au cours des 2 ou 3 années suivantes sous forme de taxes, impôts divers et emplois créés par l'activité... quel est donc le coût réél quand on sait que ce sont des emplois et des activités créés sur notre territoire et que chaque année, les agrocarburants évitent tout de même des importations de pétrole... ne faut-il donc pas une alternative, efficace aujourd'hui pour remplacer les carburants liquide... ?

baptiste a dit…

L'alternative n'est certainement pas de remplacer une energie polluante par une autre, même si je partage au moins ton point Anonyme sur la création d'emplois. Seulement, et celà est bien relevé, les grands gagnants de cette opération, tant les volumes et le rendement sera exigeant seront les grands agro qui touchent l'écrasante majorité des aides agricoles.

La LED, le moteur à eau, le solaire, voilà des solutions d'avenir ! Bonne chance à votre livre

asmae a dit…

pourquoi seuls les produits issue de l'agriculture biologique peuvent beneficier de l'appelation bio synonyme de vie???
parce que seul l'agriculture bio preserve a la fois ma santé celle de l'agriculteur et l'environnement contrairement a l'agriculture intensive qui, en permettant l'utilisation de pesticides et d'engrais azotés va polluer les sols, entrainer des residus de pesticides dans mon assiettes et augmenter la frequence de certains cancer chez les agriculteurs.

églantine a dit…

En plus des positions extrémistes il exite une multitulde de points intermédiaires. Entre le bio et l'agriculture intensive, entre le carburant fossile et l'agrocarburant, entre les taxes, les subventions, les redevances, les crédits d'impôts aussi. Toute mesure efficace est en fait un "savant" mélange entre toutes les propositions faites. Le plus dur c'est trouver l'optimum entre chaque rpopositions. On veut une politique d'économie d'énergie efficace, un peu de taxes, un peu de subventions, un peu de permis échangeables, un peu de crédits d'impôt, un peu de redevances.... Pris isolément chaque mesure est incomplmète et fustigeable, ensemble elles se compplémentent et évite les abus par des actionnaires intelligents et à l'aise dans le monde économique. Pour rouler, avec le parc automobile présent et afin de conscientiser la population vers des moyens plus en harmonie avec leur environnement (réseau efficace de transport public dans chaque ville, train pour les marchandises ou bateau, véhicule léger adapté à la charge transportée et aux nombres de personnes...) un mélange des agrocarburants et des carburants fossiles est envisageable, dans les limites des moteurs, 15/85 ou 20/80 ou 33/67 ainsi de suite pour les diesel et les essencesS'il vous plaît arreter de croire que c'est soit l'un soit l'autre, il faudrait se mélanger, voir toutes les facettes et agir au début sans éprouver beaucoup d'efforts et avoir un retour positif évident trés tôt parés la prise de mesure afin de continuer plus en avant dans des démarches environnementales.