Qui êtes-vous ?

Ma photo
Journaliste depuis 30 ans, à la fois spécialiste des pays en proie à des conflits et des questions d'écologie,de protection de la nature et de société; derniers livres publiés: Guerres et environnement (Delachaux et Niestlé), L'horreur écologique (Delachaux et Niestlé), "La Grande Surveillance" (Le Seuil),une enquête sur tous les fichages (vidéo, internet, cartes bancaires,cartes médicales, telephone, etc). Et enfin "Enquête sur la biodiversité" (ed Scrinéo, coll Carnets de l'info). Aprés 20 ans au Journal du Dimanche, collabore désormais à l'hebdomadaire Politis et à Médiapart.

samedi 25 août 2007

Auchan écrase et trompe les consommateurs

25 août

Ce matin je me suis attardé au marché de la petite ville ( 17 000 habitants) dans laquelle je passe deux ou trois jours par semaine. En cette période où les agriculteurs s’agitent et les journaux nous conseillent de manger des fruits et légumes tout en pleurant qu’ils sont chers, j’ai constaté les choses suivantes.
Sur ce marché bi-hebdomadaire, viennent ( à côte d'autres étals de viande, de poissons, de revendeurs de produits frais) huit producteurs de fruits et de légumes (de saison bien sur) de la région, certains affichant même « sans traitement ». J’ai regardé leurs prix et je suis allé les comparer à ceux du magasin Auchan qui s’étale à 200 mètres du marché. Bilan Auchan :

- Tomates cerise : en moyenne un euro plus chères
- Tomates diverses : soit même prix, soit légèrement moins chères
- Radis : plus chers
- Carottes nouvelles : même prix
- Pommes et poires : toutes deux fois plus chères au moins
- Haricots verts : même prix sauf ceux venant du Kenya qui sont légèrement plus chers
- Poivrons : même prix
- Pommes de terre : légèrement moins chères ou même prix. Notamment pour les Roseval vendues sous leur nom au marché et vendu sous le nom de « pommes de terre rouge » chez Auchan ; ce qui n’est pas une variété mais le rappel que nous ne savons même plus le nom de ce que nous mangeons.
- Ect.

Qui peut m’expliquer pourquoi tant de gens achetaient à Auchan et non pas au marché? Ne méritons nous pas ce qui nous arrive et notre asservissement à la grande distribution? D’autant plus que l’avantage suprême du marché c’est que les fruits et légumes du marché étaient tous frais de la veille et qu’ils n’avaient pas parcouru des centaines de kilomètres en gaspillant de l’énergie et en produisant des gaz à effet de serre.

4 commentaires:

coco_des_bois a dit…

Des haricots du Kenya ??????

Pour aider à soutenir le développement du Kanya sans doute ...

Quant aux arguments que tu développes, oui, tout est recevable, mais il faudrait encore que les gens ne soient pas lobotomisés à la consommation, aux promos, au 3pour le prix de 2, etc etc. Tu n'as pas tout ça au marché, au marché tu achètes grosso modo ce dont tu as besoin, et puis pas facile de garer la bagnole et de revenir sur le parking le caddie rempli de montagnes de merdes inutiles.

Les gens en majorité se foutent royalement de ce qui est derrière le produit qu'ils achètent, le produit est réduit à sa plus simple expression : son prix, et je ne parle pas de son prix bas, je parle de son étiquette, son code barre.

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Oui, mais même au marché, si tu prends trois kilos de pommes, c'est moins cher.

Bien sur, les haricots verts du Kenya: au début des années 80, croyant bien faire et aider des pays africains, des ONG ont incité des agriculteurs locaux (Sénégal, Mali, Kenya, Burkina Fasso)à abandonner une part de leurs cultures vivrières pour faire du haricot vert à vendre aux européens (essentiellement l'hiver, mais pas seulement). Ces haricots verts, qui voyagent évidemment en avion, ont aidé des agriculteurs africains ( même s'ils ne touchaient pas grand chose) jusqu'au jour où les Européens se sont lassés du "très fin africain" et jusqu'au jour où il est devenu trop cher à cause du voyage. Résultat, les Africains se retrouvent avec ces nouvelles cultures (et les aménagements qui vont avec) sur les bras. Car, eux, ils ne mangent pas de haricots verts. Comme quoi, les "bonnes intentions" peuvent mener à l'enfer.

CMV

christian JULIA a dit…

Je découvre avec plaisir ton blog

natixis a dit…

Idem, merci pour ton blog , je suis
avec toi .