Qui êtes-vous ?

Ma photo
Journaliste depuis 30 ans, à la fois spécialiste des pays en proie à des conflits et des questions d'écologie,de protection de la nature et de société; derniers livres publiés: Guerres et environnement (Delachaux et Niestlé), L'horreur écologique (Delachaux et Niestlé), "La Grande Surveillance" (Le Seuil),une enquête sur tous les fichages (vidéo, internet, cartes bancaires,cartes médicales, telephone, etc). Et enfin "Enquête sur la biodiversité" (ed Scrinéo, coll Carnets de l'info). Aprés 20 ans au Journal du Dimanche, collabore désormais à l'hebdomadaire Politis et à Médiapart.

jeudi 30 août 2007

Quand Fabius fait l'écolo, c'est rigolo

30 août

Depuis qu'il a expliqué à la France entière (enfin, aux rares acheteurs de son livre...) qu'il mangeait des carottes râpées et depuis qu'il a serré la main de José Bové de passage dans son département, Laurent Fabius se prend pour un écolo. Et il fait très fort quand il commente l'actualité verte...
Ce matin, à France Inter, il a expliqué doctement deux choses:
- A propos de l'ourse Franska, pour préserver sa maison de l'Ariége et pour ne pas fâcher ses copains élus socialistes qui se battent depuis des années contre les ours, il a expliqué, je cite:"le problème c'est que nous avons importé de Slovénie des ours carnivores alors que les ours français sont des herbivores".
- "Si j'ai supprimé la vignette automobile quand j'étais ministre des finances, c'est parce que le prix de la vignette était proportionnelle à la cylindrée des voitures et non pas à leur potentiel de pollution".
Ah bon, il n'y a pas de rapport entre la cylindrée et la pollution (CO2, poussières, oxyde d'azote...)d'un véhicule ?
Ah, j'oubliais, il a dit du bien d'Areva.

4 commentaires:

gossip a dit…

Bonjour,

Allons, allons, faut pas en demander trop. Et d'abord, les sciences du vivant sont-elles au programme de l'ENA ?
Et prendre le temps de vérifier la valeur de ce qu'on dit, est-ce bien utile à un politique ?
Je n'ai pas l'impression, non plus, que donner un bon niveau de culture scientifique aux citoyens soient une grande priorité.

Jean-Luc a dit…

C'était effectivement assez époustouflant et dégoulinant d'hypocrisie: une belle leçon de "real" politique en somme. Il était bien le seul à y croire non, avec Demorand peut-être?

Aurélien a dit…

Mais c'est pourtant évident : c'est des sales étrangers slovènes qui viennent jusque dans nos bras égorger nos brebis et nos compagnes. Le problème de l'ours n'est pas un problème d'environnement mais d'immigration ; il fallait y penser !
D'abord, est-ce que Franska avait des papiers en règle ? Les Pyrennées ne peuvent pas accueillir toute la misère du monde plantigrade...

Merci pour ces citations hilarantes que j'avais ratées.

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

C e n'était pas Demorand, il ne revient que lundi. Mais vous avez raison, l'ours de Slovénie est ressenti comme un "étranger": il y a d'ailleurs un des spécialistes de l'ours, Farid Benhamou, qui a écrit des choses passionnantes sur ce théme.

CMV