Qui êtes-vous ?

Ma photo
Journaliste depuis 30 ans, à la fois spécialiste des pays en proie à des conflits et des questions d'écologie,de protection de la nature et de société; derniers livres publiés: Guerres et environnement (Delachaux et Niestlé), L'horreur écologique (Delachaux et Niestlé), "La Grande Surveillance" (Le Seuil),une enquête sur tous les fichages (vidéo, internet, cartes bancaires,cartes médicales, telephone, etc). Et enfin "Enquête sur la biodiversité" (ed Scrinéo, coll Carnets de l'info). Aprés 20 ans au Journal du Dimanche, collabore désormais à l'hebdomadaire Politis et à Médiapart.

vendredi 16 novembre 2007

Il n'y a pas grève des cons...

16 novembre

Doucement mais sûrement, après avoir organisé le siége des médias, l’UMP fait savoir discrètement à toutes les rédactions que ses militants sont prêts à organiser une manifestation pour protester contre la grève dans les transports et contre l’occupation des universités « qui empêche nos enfants de passer leurs examens ». Il y a même un ministre dont j’ai oublié le nom qui explique à qui veut l’entendre que les grèves contribuent au réchauffement climatique. On aura tout entendu : la droite qui se préoccupe des émissions de carbone, c’est nouveau, ça vient juste de sortir. Cet après-midi, cela faisait même rire (jaune) quelques uns des étudiants de l’Institut de géographie de Paris 8 venu célébrer leur occupation par un barbecue festif auquel le président de l’Université était présent. Ce qui contraste avec l’attitude de beaucoup de ses collègues qui se répandent dans la presse (complaisante à cette complainte) pour dire tout le bien qu’il pense de la loi qui visent (sous prétexte d’autonomie) à organiser la lente privatisation des facultés.

Quand aux examens, il faut quand même rappeler qu’ils n’auront pas lieu avant le milieu du mois de janvier, au plus tôt. Mais, comme en matière d’écologie, les extrémistes n’en sont jamais à un mensonge prés. Les étudiants, quelles que soient leurs inquiétudes, qu’elles que soient leurs angoisses et surtout quelles que soient leurs difficultés à suivre leurs cours tout en étant, pour beaucoup, obligés de faire des petits boulots de merde payés de façon scandaleuse, ils commencent, avec beaucoup de retard, à comprendre ce qu’il faut lire entre les lignes d’une loi votée discrètement en août : à savoir la professionnalisation à outrance, la disparition de la culture générale qui permet de vivre et de comprendre. Les entreprises qui seront appelées à financer les facs ne vont certainement pas payer des cours de culture qui permettent d’avoir un regard critique sur le système! Et, comme en matière de protection de la nature, (une fois que l’on a incité les associations et les chercheurs à se tourner vers le mécénat, l’Etat à réduit sa participation), le pouvoir fait appel aux « initiatives privées » de façon à organiser son désengagement.

Tiens ? Au fait, et les suites du Grenelle de l’environnement ? Déjà submergées par les montées de la mer ?

5 commentaires:

Manon a dit…

Un jugement bien fermé. Pour ou contre la grève? CONTRE, il est évident qu'il est important de se mobiliser pour défendre une cause qui nous tient à coeur. Cependant, là est la difficulté puiqu'il ne faut pas confondre défense d'une cause et l'action d'en profiter pour rater des cours ou encore jouer au casseur dans les lycées et les facs. Je suis à Aix, et ici, les jeunes profitent de l'occasion pour se battre ou encore casser des pares-brises, tagger les murs ou autres bêtises puériles. Certains veulent réviser leur cour tranquillement sans être dérangé et passer leur bac. Inutile de reitérer un mai 68, 40 ans plus tard.
En ce qui concerne l'action de réfléchir, je pense que nous n'avons pas besoin de cours pour penser, la vie nous aide bien assez à évoluer et construire une culture et un caractére.

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Oui, mais...
Les cours en fac, je les ai suivi à partir de 30 ans, pas avant. Ils m'ont été utiles.
Mais je sais aussi que la gréve n'est pas, ne peut pas être une occasion pour faire des conneries et n'importe quoi;

cmv

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Et, j'ai oublié, je ne rêve surtout pas d'un nouveau 68 que je n'ai pas fait comme étudiant mais comme salarié.

cmv

Anonyme a dit…

Bonjour!

Notre compagnie, Avant Assessment, rattachée a l’université d’Oregon, aux États-Unis, propose des tests de langues étrangères sur Internet. Nous sommes actuellement en train de développer un test pour les apprenants de français, et pour cela, nous souhaiterions utiliser le texte "Il n'y a pas de greve des cons" du blog "Horreur ecologique". Pourriez-vous nous fournir des renseignements sur les démarches à suivre afin d’obtenir votre autorisation de diffusion?


En vous remerciant par avance.


Cordialement,

--
Copyright Services
Avant Assessment
tel: 541-338-9090
fax: 541-338-7127
frcopyright@avantassessment.com
www.avantassessment.com

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Il suffit de le demander! C'est donc fait, et de mentionner l'origine du texte avec l'adresse du blog.
Mais ce n'est pas un texte particulièrement génial...

Cordialement

Claude-Marie Vadrot