Qui êtes-vous ?

Ma photo
Journaliste depuis 30 ans, à la fois spécialiste des pays en proie à des conflits et des questions d'écologie,de protection de la nature et de société; derniers livres publiés: Guerres et environnement (Delachaux et Niestlé), L'horreur écologique (Delachaux et Niestlé), "La Grande Surveillance" (Le Seuil),une enquête sur tous les fichages (vidéo, internet, cartes bancaires,cartes médicales, telephone, etc). Et enfin "Enquête sur la biodiversité" (ed Scrinéo, coll Carnets de l'info). Aprés 20 ans au Journal du Dimanche, collabore désormais à l'hebdomadaire Politis et à Médiapart.

mardi 11 décembre 2007

khadafi, Sarkozy et le nucléaire

11 décembre

La venue du colonel Khadafi en France, avec ou sans tapis rouge "made in China" ne me fait ni froid ni chaud. Après tout, s'agissant de Nicolas Sarkozy (béni soit son nom) et de ses nouveaux amis, il existe un vieux proverbe français: " qui se ressemble s'assemble". Le rêve du président français est de ne plus avoir d'opposition. Enfin seul, rêve-t-il le soir après avoir inventé l'opposition interne qui ne sert à rien.
Ce qui gêne à propos de la Lybie est que l'on vende une centrale nucléaire à ce pays pour dessaler l'eau de mer alors que pour ce faire existe en Lybie un carburant très abondant qui s'appelle le soleil.

5 commentaires:

coco_des_bois a dit…

Tout à fait d'accord, ces cris d'effroi envers Kadhafi me font doucement rigoler, si c'est le seul sujet sur lequel le pitoyable PS se sent encore "d'opposition", c'est bien la preuve que c'est du rien, du fait divers.

Et puis qui a hurlé quand Sarko est allé lêcher les bottes de Bush ? Souvenons nous des mots de Chomsky qui demandait sans doute à raison qui de Kadhafi ou de la CIA est le plus grand terroriste ?

Mais se tripoter sur un tel non évenement est le jeu favori de ceux qui n'ont pas le moindre début de commencement de projet politique.

chantal74 a dit…

Je ne fais pas de politique politicienne, je peux donc donner un avis un peu différent.. moi cela ne me fait pas ni chaud ni froid que Khadafi soit reçu avec le tapis rouge, et qu'on lui offre une chasse à cour à Versailles avec mon argent.. qu'on lui permette de mettre sa tente, il fallait la lui faire mettre sous les ponts.. alors que d'autres crèvent de faim et de froid.. cette politique là me dégoûte et parfois je me demande si donner tout son temps pour essayer de faire bouger les choses, qu'on tienne enfin compte des problèmes d'environnement sert à qq chose quand on voit ce qui se passe.
Bush est loin d'être un saint.. mais ce n'est pas Khadafi.. maintenant chacun ses goûts.. La CIA, elle existe aussi en France .. et si l'on savait tout..

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Ce n'est pas faire de la politique politicienne de considérer que Bush est largement plus nuisible que Kadhafi.
Et oui, résister, agir, cela sert toujours à quelque chose. Il ne faut jamais se lasser de contester l'exploitation des plus pauvres.

cmv

marc porta a dit…

En parlant de la visite de cinq jours du nouveau grand ami de la France, voici un court extrait d’un article signé Massimo Nava pour le Corriere della Sera :

"Au lendemain de son élection, Nicolas Sarkozy avait promis que la France serait "du côté des opprimés du monde" ; or il a été le premier chef d’Etat à féliciter Vladimir Poutine pour la victoire de Russie unie aux législatives. En visite à Pékin, le président français, faisant allusion à Taïwan et au Tibet, a rappelé qu’"il n’y a qu’une seule Chine". Préoccupé, comme on peut le comprendre, par le sort d’Ingrid Betancourt, il a reçu avec les honneurs le président du Venezuela, Hugo Chavez. Reconnaissant pour la libération des infirmières bulgares, il a chaleureusement accueilli le leader lybien Muammar Kadhafi. Aux naïfs et aux idéalistes on répondra que cette logique de politique étrangère incarnée aujourd’hui par Nicolas Sarkozy a pour nom realpolitik. On peut protester haut et fort quant au sort fait à la Tchétchénie, mais c’est de Russie que proviennent gaz et pétrole. On peut être solidaire des moines birmans, mais leur avenir dépend de la Chine et de l’Inde, les nouveaux géants de la planète. C’est ce qu’a si bien compris Nicolas Sarkozy."

marc a dit…

Et en voici un autre, un peu plus long, écrit par Joseph Hanimann pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung : "Kadhafi scelle la fin des intellectuels"

"On savait depuis longtemps que, même en France, les protestations d’intellectuels ont perdu de leur impact. On vient d’en avoir la confirmation. Au beau milieu du tollé suscité par la visite d’Etat de l’autocrate libyen Kadhafi, Bernard Kouchner a eu une phrase lourde de sens. Le temps est venu des négociations politiques, a-t-il déclaré, où les principes moraux n’incarnent qu’une demi-vérité. Realpolitik ? Non : pour le ministre que la politique étrangère sans scrupule de Sarkozy rend de plus en plus nerveux, l’autre demi-vérité est celle des résultats concrets - libération des infirmières bulgares en été, visite d’Etat en automne. Il faut regarder vers l’avant. Donc, oui, realpolitik.

Avec cette visite de Kadhafi, Sarkozy met à rude épreuve la conscience et l’intégrité morale de ses partisans issus des rangs intellectuels. Des personnalités qui n’ont jamais penché en sa faveur et qui, face à ses réussites concrètes de ces dernières semaines, ne pipaient plus mot recommencent soudain à donner de la voix. "Dans le pays des droits de l’homme, il y a là quelque chose qui ne passe pas", déclare Bernard-Henri Lévy : "On n’invite pas en visite d’Etat un grand terroriste ou un preneur d’otages international."

Ce n’est pas le fait que l’on reçoive un dictateur qui serait scandaleux, mais la manière de le faire, "avec la pompe protocolaire et de surcroît pour la journée internationale des droits de l’homme", s’insurge Pascal Bruckner. On ne trouverait là que peu de traces de la rupture annoncée avec l’ancien cynisme d’Etat. Faut-il donc reprendre les appels à la protestation ? "Plus que jamais", assure Bruckner, "plus on crie fort, plus on a de chance d’être entendu, y compris par Sarkozy."

La pilule est dure à avaler pour ceux qui avaient soutenu le candidat Sarkozy, tel André Glucksmann. Jamais on ne les a aussi peu entendus. L’empressement du président français à féliciter Vladimir Poutine pour sa victoire aux élections parlementaires russes a déjà été une "déception" pour le philosophe. Aujourd’hui, il juge désastreux que Kadhafi se voie offrir une tribune politique à l’Elysée et à l’Assemblée nationale. Les intellectuels français tels Glucksmann étaient habitués à voir réagir les hommes politiques à leurs protestations. Le mépris et la suffisance de Sarkozy bousculent leurs vieux schémas.

Toutefois, les protestations les plus violentes contre la visite d’Etat du dirigeant libyen ne sont pas venues des cercles d’intellectuels mais du gouvernement lui-même. Le commentaire sans ambiguïté de la secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme, Rama Yade, pour qui la France "n’est pas un paillasson sur lequel un dirigeant, terroriste ou non, peut venir s’essuyer les pieds du sang et de ses forfaits", a largement été repris par les opposants à cette visite. C’est là qu’apparaît la véritable "rupture" du nouveau président. Son gouvernement ne détermine pas seulement la politique du pays, il fournit en prime la critique. La realpolitik à laquelle Sarkozy initie les vieux idéalistes et ses nouveaux alliés ne se déploie pas dans la discrétion feutrée des salons gouvernementaux mais dans les médias, où les intellectuels étaient autrefois chez eux. Le problème est que cette conduite nuit autant à la crédibilité des intellectuels qu’à celle du président."