Qui êtes-vous ?

Ma photo
Journaliste depuis 30 ans, à la fois spécialiste des pays en proie à des conflits et des questions d'écologie,de protection de la nature et de société; derniers livres publiés: Guerres et environnement (Delachaux et Niestlé), L'horreur écologique (Delachaux et Niestlé), "La Grande Surveillance" (Le Seuil),une enquête sur tous les fichages (vidéo, internet, cartes bancaires,cartes médicales, telephone, etc). Et enfin "Enquête sur la biodiversité" (ed Scrinéo, coll Carnets de l'info). Aprés 20 ans au Journal du Dimanche, collabore désormais à l'hebdomadaire Politis et à Médiapart.

dimanche 13 mai 2007

La folie de l'éthanol aux Etats Unis: les illusions du "bio"carburant

13 mai 2007

+ Quittons un instant le nombrilisme franco-français : aux Etats-Unis le polémique sur l’éthanol, nom par lequel on désigne là-bas le carburant d’origine végétale, fait rage. D’abord parce que les consommateurs s’y plaignent de l’augmentation rapide du pop corn, de la viande rouge, du poulet (+ 40%), du lait, des œufs, de certaines barres de chocolat et de tous les aliments qui dépendent directement ou indirectement du prix du maïs. Car la folie éthanol qui a saisi le pays se traduit par une augmentation rapide du prix du maïs (de 2 à 3,20 $ le boisseau en un an), maïs qu’il est, de plus, largement plus facile de produire pour faire de l’essence que pour incorporer à de la nourriture, pour les hommes et pour les animaux, puisque les agriculteurs peuvent utiliser tous les produits chimiques possibles et imaginables. Sans oublier le maïs OGM qui résiste au désherbant. Il faut aussi signaler que la production d’éthanol est très gourmande en eau et pollue énormément les rivières ou les lacs.
Il est évident que la tension sur les prix agricoles ne concerne pas seulement les Etats-Unis : il a déjà touché le Mexique avec l’augmentation vertigineuse du plat national qu’est la tortilla, la galette de maïs. Il existe également des menaces au Brésil qui vient de signer des accords avec les Etats-Unis sur une production d’éthanol. L’augmentation de nombreux prix agricoles risque de gagner la planète entière et des millions de tonnes de production agricole vont « manquer » aux populations déjà touchées par la faim. Déjà, les organismes internationaux comme le PAM (programme alimentaire mondial) ont du réduire leurs achats de céréales de secours en raison de l’augmentation des prix.
Dés l’année prochaine, aux USA, un quart de la production actuelle de maïs va être consacré à la production de carburant, production qui est évidemment fortement subventionnée par l’Etat fédéral américain au nom de l’indépendance énergétique. Pourtant, d’après les associations de consommateurs qui sont parties en guerre contre « l’illusion de l’éthanol » et d’après le ministère de l’agriculture, le compte n’y est pas. Il faut en effet 1 gallon (3,78 litres) de fuel pour produire 1,2 gallon d’éthanol ; mais il se trouve qu’il faut justement 1,2 gallon d’éthanol E 85, le plus gros de la production, pour qu’une voiture parcourt la même distance qu’avec 1 gallon d’essence normale…
Donc, commencent à écrire les associations de consommateurs et de nombreux grands journaux américains, la « course à l’éthanol » dont le bilan énergétique est nul n’est rien d’autre que la réussite du groupe de pression de l’agro-business que l’administration de G.W. Bush s’est empressée de contenter en vue des prochaines élections. Des fortunes sont en train de se constituer autour de l’éthanol. C’est ce qui peut arriver en France dans un avenir très proche pour notre soi-disant « bio »carburant qui n’a évidemment rien de bio.
Les nouveaux « émirs » de l’énergie habitent en France.

13 commentaires:

Guilhem a dit…

Toutes les illusions sont bonnes pour ne pas changer de style de vie...

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Oui, mais ce sont de dangereuses illusions une fois de plus destinées à "produire" des bénéfices.
Pendant ce temps là, les Verts se suicident en direct...

cmv

coco_des_bois a dit…

C'est complètement fou d'assister à un boulversement comme celui-là en direct, les gens deviennent cinglés, ils sont accro à la voiture, au pétrole, les agro-carburants sont un substitut, qui leur donne bonne conscience.
Combien de temps avant que Sarko ne nous impose une méga-production de ces saloperies ?

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Oui, j'ai participé ce jour à l'enregistrement d'une émission de France culture sur la circulation à Paris. Et j'ai constaté qu'effectivement l'un de mes contradicteurs descendant en flamme les petites reformes de la circulation en faisait une idéologie: la préservation de la bagnole en ville à tout prix est une idéologie et quand on la combat on se fait "traiter" de rouge !!!

CMV

Anonyme a dit…

Tout ca pour faire croire que l'automobile à outrance a un avenir après le pétrole...
Merci à la génération précédente de nous avoir enfermé dans un rêve qui va devenir cauchemar :
- Le rêve du pavillon individuel, soumis aux migration pendulaires. Les zones pavillonnaires d'aujourd'hui seront les bidonvilles de demain, quand le cout des déplacements en voitures augmeentera. D'ailleurs c'est souvent les habitants de ces zones qui reconnaissent être dpédenants de la voiture.
- Le rêve de la mobilité professionnelle, qui deviendra au cauchemar lorsque cette mobilité verra son cout exploser...

Anonyme a dit…

"Quittons un instant le nombrilisme franco-français : aux Etats-Unis ..."

Quel rapport cette remarque a-t-elle avec la suite de cet (excellent) article ? Cela signifie-t-il que "les" Français seraient nombrilistes, à l'inverse de toutes les autres nations ? Que signifie "franco-français" ? Habituellement, certaines personnes utilisent cet adjectif pour fustiger certains aspects de leur propre pays, ce qui revient à se lamenter, sans l'avouer, de ce que la France ne suive pas telle ligne directrice impulsée par d'autres. Pourquoi les utilisateurs de cet adjectif n'utilisent-ils pas d' adjectifs tels que "américano-américain", ou "germanico-germanique" ? Cela signifie-t-il que seul leur propre pays serait réticent à adopter des lignes de conduite ou des règles qui seraient en usage partout ailleurs dans le monde ?

Est-ce un hasard si cette expression très péjorative de "nombrilisme franco-français" est contrebalancée par "aux Etats-Unis" ?

Patrick.

michel a dit…

De passage au Brésil, je confirme que les bio carburants sont un grand dada du patriarche Lula. On le voit cultivé à grande échelle, apportant nombre de promesses, de richesse et cette CROISSANCE à laquelle il nous faut tous participer dans ce rêve d'une humanité libérée des fardeaux qui la taraudent encore aujourd'hui!
Cet éclairage est donc bienvenu, car dès lors je suis sceptique sur cette vision de "moindre pollution" qui permet à notre pilier à roues de poursuivre la route de ce progrès décidément terriblement opiniatre.
A qui profite le crime? Merci aux quelques informations utiles et dans le bon sens
Miguelzinho

pablo a dit…

un excellent article du monde encore gratuit
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-909695,0.html

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

non, le nombrilisme n'est pas une spécialité française. Mais il se trouve que nous sommes particulièrement doués pour ne parler que de nous et peu des autres. La campagne électorale l'a prouvé. Comme si la France était seule au monde. Reste que dans ce domaine, les Américains sont également trés doués...

cmv

coco_des_bois a dit…

Je pense également que le nombrilisme est une particularité d'une société comme la nôtre, qui non seulement se place au centre des enjeux alors qu'elle met en avant les nécessaires adaptations aux "boulversements inéluctables de l'économie mondialisée, qui sont une réalité, bla bla..."; mais en plus, on masque aux gens, en centrant certains problèmes sur nous mêmes, les causes et les conséquences à grande échelle de ces problèmes...

- pollution
- migrations
- nucléaire
- consommation
- transports
... etc

Rien n'est replacé dans le contexte global et les gens ne peuvent pas avoir de perception logique de l'écologie... enfin c'est mon avis.

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Pour comprendre, visuellement, ce qu'est le nombrilisme, il suffit de prendre une carte d'une région du monde ou un atlas: le pays qui édite le document est toujours au centre...

CMV

The_Gui a dit…

Progrès ou Illusion ?
Le bio-éthanol semble tout de même permettre une independance energetique et donc par conséquent une diminution du prix des carburants...
J'ai trouvé un site très interessant sur le sujet:
http://www.roulonspropre-roulonsnature.com/
Je vous invite à y jetter un oeil, il y'a pas mal de chose a apprendre sur le sujet.

A vos souris!
Energetiquement votre

Gerard Beaugeard a dit…

Bonjour Claude-Marie,

J'ai lu et apprécié votre livre "L'Horreur Ecologique". C'est la première fois que je consulte votre site et je suis heureux de voir que votre avis est tranché sur le "bio-carburant".
Je serais encore plus sévère que vous en disant que le bilan n'est pas nul il est négatif. En effet, comme vous le dite, la production des bio-carburants va entrainer une consommation accrue des pesticides, engrais et autres prioduits chimiques qui vont amplifier la pollution des eausx et des airs. D'autre part les surfaces que l'on envisage de cultiver sont aujourd'hui en grande partie couverte de forêts qui abritent une grande bio-diversité et aussi des populations et des cultures variées qui vivent des ressources forestières (en les respectant) Que ce soit, en Asien en Afrique ou en Amérique du Sud cette folie, comme vous la nommez si bien, va entrainer très rapidement des catastrophes et cela sans que l'on ait besoin des effets du réchauffement climatique qui lui même s'en trouvera amplifié.

J'aimerai au passage rebondir sur la remarque de The_Guy. Vous vous bercez d'illusion en croyant que l'on peut continuer à rouler et à consommer de l'énergie comme des fous. Vous parlez d'indépendance énergétique ... il faudrait 3 fois la surface de la France pour faire rouler toutes nos bagnoles et nos camions et encore, en ne produisant plus que du blé, du soja, du maïs, des betteraves, des palmiers plus ou moins adaptés à nos sols et notre climat et rien d'autre. Fini les paturages, les vergers, les fraises, les asperges, les salades, les carottes .... On ne pourra faire rouler qu'un tiers de nos véhicules et ne plus rien manger(même de la viande car il faut nourir le bétail). Ne croyez-vous pas qu'il ait d'autre solutions ... moins utiliser les véhicules dotés de moteurs à combustion, prendre les transports en commun, le vélo, utiliser des véhicules électriques...


Ce monde me fait vraiment peur et ses responsables encore plus !!


J'ai des enfants et je suis torturé par l'idée du calvaire qu'on les amène à subir.

Merci Claude-Marie pour ce que vous faite.