Qui êtes-vous ?

Ma photo
Journaliste depuis 30 ans, à la fois spécialiste des pays en proie à des conflits et des questions d'écologie,de protection de la nature et de société; derniers livres publiés: Guerres et environnement (Delachaux et Niestlé), L'horreur écologique (Delachaux et Niestlé), "La Grande Surveillance" (Le Seuil),une enquête sur tous les fichages (vidéo, internet, cartes bancaires,cartes médicales, telephone, etc). Et enfin "Enquête sur la biodiversité" (ed Scrinéo, coll Carnets de l'info). Aprés 20 ans au Journal du Dimanche, collabore désormais à l'hebdomadaire Politis et à Médiapart.

mardi 29 janvier 2008

LA CIGOGNE QUI RIDICULISE CLAUDE ALLEGRE

29 Janvier
De Santa Maria
Nord Argentine

La cigogne qui ridiculise Claude Allègre...

Sur les routes d’Argentine, pardonnez la légèreté apparente du propos, je viens de recevoir d’excellentes nouvelles de Max. Max ? Oui, Max la cigogne que le Muséum d’Histoire naturelle de Fribourg a équipé d’une balise satellite il y a dix ans. De plus, ce qui complique l’histoire car les Suisses sont parfois facétieux, Max est une femelle ; qui a eu plusieurs cigogneaux (de nationalités suisses) dont l’un, Ulli, est également suivi par satellite. Le rapport avec Allègre ? Attendez, ça vient.

Depuis dix ans, dés l’automne, Max migre vers l’Afrique en traversant l’Espagne puis le détroit de Gibraltar. En Afrique, longtemps, Max a passé son hiver au nord du Mali puis au Maroc. Peu à peu, il est descendu de moins en moins loin dans le sud marocain. Et cette année, Max a passé l’hiver en Espagne, en Andalousie. Elle (Il) a quitté cet hivernage dés le début du mois de janvier et s’approche à tire d’ailes de la frontière française. Elle n’est pas la seule. Comme Max n’a jamais lu les élucubrations et les livres de Claude Allègre, elle (il) ignore, la pauvre que le réchauffement climatique n’existe pas. Elle le sent, c’est tout, ce qui n’a rien de scientifique vous dira le seul « savant » qui depuis les mines du Pérou en passant par la Martinique ou l’Education nationale a réussi à avoir tort contre tous, son sport médiatique préféré. Claude Allègre, engoncé dans sa négation frénétique, n’a pas encore compris que, d’une part, la vieillesse peut être un ultime naufrage scientifique et que, d’autre part, à force de jouer à être contre tous et contre l’avis des autres, on finit par passer pour un con. Un gros.

Max, comme de nombreux oiseaux, les petits comme les gros migrateurs, démontre tranquillement que le climat se réchauffe inexorablement et que dans son camp retranché, entourés d’un dernier carré de « scientifiques » américains décidés à faire plaisir à Georges Bush jusqu’au bout, Allègre s’échauffe pour rien. Avec l’impression d’être Davy Crockett à Fort Alamo entouré d’indiens hippies (écolos, évidemment), alors qu’il s’agite dans un désert médiatique où il fait de moins en moins recette.

S’il fallait chercher ailleurs des signes du dérèglement climatique, on les trouve ici dans le nord de l’Argentine, où les viticulteurs ont de plus en plus de mal à trouver de l’eau et où, depuis quelques jours, le désert est parcouru par des fleuves provisoires et en folie qui coupent les routes et inondent les maisons des plus pauvres. J'ai vu hier des buldozers entrainés par les eaux. Sur la route qui mène de Villa Union à Santa Maria en passant par Belen, il faut lancer les voitures à travers des flots boueux au risque de rester au milieu. La nature s’acharne, avec ses excès, à détruire les efforts du gouvernement argentin qui fait un travail formidable pour transformer le réseau routier et en particulier les 4500 kilomètres de la route 40 qui n’est parfois qu’une piste. Jamais, à cette saison, les orages qui dévalent des pentes de la Cordillère qui culminent toutes à plus de 5000 mètres, n’ont été aussi violents et généraux en pluie. A peut prés aussi étonnant que la neige qui, pour la première fois cette année est tombée sur Mendoza...

Mais, bon, du côté de Neuilly et de chez Allègre, ça va, le temps se maintient...

Tiens, au fait, pourquoi évoquer Claude Allègre ? Pourquoi tirer sur une ambulance dont même l’Express ne veut plus ? Tout simplement parce que, malheureusement, il est encore très écouté dans ce qui reste du parti socialiste.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

info croustillantes sur fond d'humour... un plaisir de vous lire!

Anonyme a dit…

info croustillantes sur fond d'humour... un plaisir de vous lire!

clakounet a dit…

un Alsacien qui s'y connaît...en cigogne, évidemment, puisqu'il est alsacien et qu'on a appris qu'il y avait des cigognes en Alsace (NdlR: et de la choucroute)
Merci pour vos merveilleuses chroniques. C'est un plaisir de vous lire à haute voix. Sans être un vieux con (même à 65 ans) et ancien journaliste (localier, ils disent pour ne pas dire chiens écrasés; on dit aussi faitdiverssier, c'est chicos)
Bon, je vais repiquer cette chronique sur la cigogne pour la diffuser avec la source