Qui êtes-vous ?

Ma photo
Journaliste depuis 30 ans, à la fois spécialiste des pays en proie à des conflits et des questions d'écologie,de protection de la nature et de société; derniers livres publiés: Guerres et environnement (Delachaux et Niestlé), L'horreur écologique (Delachaux et Niestlé), "La Grande Surveillance" (Le Seuil),une enquête sur tous les fichages (vidéo, internet, cartes bancaires,cartes médicales, telephone, etc). Et enfin "Enquête sur la biodiversité" (ed Scrinéo, coll Carnets de l'info). Aprés 20 ans au Journal du Dimanche, collabore désormais à l'hebdomadaire Politis et à Médiapart.

mercredi 17 octobre 2007

Climat: autant en emporte le vent...

17 octobre

L'effervescence est retombée, retour aux fondamentaux: le départ de Pomponnette, l'hymne à la croissance de messieurs Attali et Touraine, le rapport Syrota sur l'énergie (nucléaire bien sur), les élucubrations de Michel-Edouard Leclerc salivant déjà sur ses futurs bénéfices en nous racontant qu'il a le souci du consommateur, la liberté rendue aux grandes surfaces, les patrons qui piquent dans leurs caisses...
Donc oublié le climat et les deux prix Nobel inégalement célébrés. Notre presse "pipolisé" a hélas privilégié Al Gore, ex-vice président des Etats Unis aux performances facilement oubliables, aux 500 scientifiques du GIEC (Groupe International pour l'Etude du Climat) qui se battent courageusement, souvent au détriment de leurs carrières de scientifiques, pour nous alerter. Al Gore n'a fait que capter leur héritage...

4 commentaires:

Leslie a dit…

ok... le prix nobel est un peu exagéré... mais tt de meme! on c malheureusement que le "pipole" attire!!! alors si un "pipole" un peu sérieux permet de mettre en avant le boulot des scientifiques et arrivent a capter l'attention... c'est peut etre un peu positif tout de meme!!!
Certains spectateurs ont quand meme commencés a réaliser et a réagir apres avoir vu "une vérité qui dérange"...
Si les "pipoles" ont UN interet (hormis celui de faire vendre... car ca on s'en passerai bien) c'est quand meme bien de pouvoir attirer l'attention sur des choses qui ont parfois du mal a se faire voir d'elle meme! (bien qu'il est difficile d'imaginer que les changements climatiques soient "difficiles" a voir...)
non?

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Oui, bien sur, je ne minimise pas l'importance du rôle d'Al Gore, mais j'ai du mal à admettre que la presse lui ait donné plus d'importance qu'au GIEC, ces gens qui ont pris des risques personnels et scientifiques depuis de 20 ans. Aprés tout, c'est avec le travail du GIEC qu'Al Gore a pu mener sa campagne.

CMV

coco_des_bois a dit…

Exactement, labelliser Al Gore, c'est lui donner beaucoup trop d'importance, c'est un signe du ridicule actuel en matière d'environnement... Je pense en effet qu'il ne devrait pas y avoir besoin de Gore pour rendre un peu plus visible la cause de la protection de l'environnement et du futur.

Surtout quand on se souvient - pour ceux qui l'ont vu - de la fin pitoyable de son film ! "roulez pas trop vite, éteignez les lumières et mon cul su la commode" ...

leslie a dit…

la fin du nulle du film..oui... et pire encore que ces exemples, je citerai la petite phrase qui conseille de favoriser les biocarburants... ca passe mal...