Qui êtes-vous ?

Ma photo
Journaliste depuis 30 ans, à la fois spécialiste des pays en proie à des conflits et des questions d'écologie,de protection de la nature et de société; derniers livres publiés: Guerres et environnement (Delachaux et Niestlé), L'horreur écologique (Delachaux et Niestlé), "La Grande Surveillance" (Le Seuil),une enquête sur tous les fichages (vidéo, internet, cartes bancaires,cartes médicales, telephone, etc). Et enfin "Enquête sur la biodiversité" (ed Scrinéo, coll Carnets de l'info). Aprés 20 ans au Journal du Dimanche, collabore désormais à l'hebdomadaire Politis et à Médiapart.

lundi 29 octobre 2007

grenelle de l'environnement ou syndrôme de Stockholm

29 octobre

On pourrait le chanter : « Que reste-t-il de nos amours, que reste-t-il de ces beaux jours... ? ».

Au fur et à mesure que le temps passe, les naturalistes et les écologistes se demandent s’ils n’ont pas rêvé. Ils se demandent tout simplement ce qui reste des enthousiasmes, de l’ambiance de caserne et de resto-U, des tapes dans le dos et des demi-mesures ou des annonces hypocrites. Ils s’aperçoivent que, désormais, les « autres » ne sont plus de vrais copains mais que « quand le bâtiment va, tout va ». Damned !
Car, il semble bien que le programme autoroutier n’ait pas disparu, que le moratoire OGM ne pourrait durer que trois mois, que la trame verte sera laissée à la bonne volonté des élus et des entreprises, que pour les pesticides on attendra, que le gel des sites nucléaires n’est pas celui des réacteurs, que les agriculteurs pourront continuer à pourrir les eaux.
A la réflexion, ce Grenelle de l’environnement ne serait qu’une nouvelle version du célèbre « demain on rase gratis ». Ce n’est pas certain, mais cela devient plausible...

8 commentaires:

Marre des Promesses a dit…

Petit espoir : on ne peut pas gouverner éternellement par effet d'annonce.

Comme les Français sont -- tout de même -- de plus en plus sensibilisés aux problèmes écologiques, on peut espérer que le gouvernement de M. Sarkozy de Nagy-Bocsa sera mis sur la touche par le public...

Mais bien sûr, comme disait Barnum, on n'a jamais perdu d'argent en pariant sur la stupidité du public. Hélas.

(PS : ce n'est pas pour rien que j'utilise mon pseudo...)

Anonyme a dit…

Avez-vous vu le texte suivant, qui semble abonder dans votre sens ?

http://contre-grenelle.info/munich-ecologie.htm

Jean-Luc a dit…

Après çà, il ne restera plus que la vraie "révolution" écologique avec les têtes (de qui, à choisir) au bout des piques!
Quid des assos bernées?
Anecdote, Borloo à Canal Plus hier soir, mélangeant tous les termes un peu écolos pour en faire une purée indigeste et surtout incompréhensive, et ne sachant plus la signification de l'ADEME! A pleurer...

gossip a dit…

Face à tant d'inconscience vis à vis des conséquences majeures liées aux saccages environnementaux, on a envie de dire "On ne vit pas sur la même planète". Malheureusement, si !

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Bon, et bien bon courage à tous....

CMV

coco_des_bois a dit…

Le texte sur le Munich de l'environnement va en effet dans le sens de Claude-Marie, et de toute façon, la quasi unanimité des médias dans la célébration de cette farce est à elle seule révélatrice...

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Farce: oui, je n'avais pas pensé à ce mot.

CMV

Marre des promesses a dit…

Le problème, c'est qu'une farce est censé être drôle...

Alors que le grenelle de l'environnement -- et ses résultats -- c'est tout sauf drôle.