Qui êtes-vous ?

Ma photo
Journaliste depuis 30 ans, à la fois spécialiste des pays en proie à des conflits et des questions d'écologie,de protection de la nature et de société; derniers livres publiés: Guerres et environnement (Delachaux et Niestlé), L'horreur écologique (Delachaux et Niestlé), "La Grande Surveillance" (Le Seuil),une enquête sur tous les fichages (vidéo, internet, cartes bancaires,cartes médicales, telephone, etc). Et enfin "Enquête sur la biodiversité" (ed Scrinéo, coll Carnets de l'info). Aprés 20 ans au Journal du Dimanche, collabore désormais à l'hebdomadaire Politis et à Médiapart.

lundi 5 mars 2007

Le Pen et l'environnement

5 février

+ Ce matin, sur France Inter, Jean-Marie Le Pen, aprés ses fausses informations habituelles sur l'immigration et sur la "préférence nationale" qui oublie tout simplement que les travailleurs étrangers cotisent comme les autres à la Sécurité sociale, a livré le fond de sa pensée sur l'environnement. Cela ne l'intéresse pas, sauf pour la protection des animaux de compagnie et sur le confort du transport des animaux de boucherie. J'ai deux chats, je les aime bien et je feins de croire qu'ils me le rendent bien, mais ce n'est pas vraiment TOUT l'environnement. Pour lui, si. La France "rance" qu'il représente ne veut pas faire de peine au capital et aux industriels qui le financent. Le Pen a ajouté que, de toute façon, l'écologie était de droite. Il faisait sans doute allusion à l'écologie du milieu du XIX éme siécle qui réunissait les bourgeois et la noblesse pour la protection des paysages, du "décor"naturel. Ils ont aujourd'hui des successeurs: les "paysagophiles" qui hurlent au massacre de la France par les éoliennes alors qu'on ne les a jamais entendu protester contre les pylones d'EDF! Ce reliquat de l'écologie de droite ne s'intéresse qu'aux paysages et ne veut surtout pas que l'on réfléchisse sur les raisons et les mécanismes économiques qui font qu'il existe effectivement une "France défigurée".

10 commentaires:

coco_des_bois a dit…

Je voulais faire un petit post à ce sujet... je dois dire que j'ai également trouvé qu'il était tout à fait ridicule, mais comme le note Guy Carler ce matin, pas beaucoup plus que Sarko et Sego...

Mais oui, ce discours de facade est infâme, et le journaliste qui est capable de rester assi sur son cul en l'écoutant est un bon chien de garde. Ses maigres aboiements sur les propos vieux de 20 ans de le pen étaient proprement ridicules. A mon avis il a encore grimpé dans les sondages !

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Non, il ne faut pas jeter la pierre au journaliste de France Inter, il a fait ce qu'il a pu, notamment en tenant compte d'un principe qui vaut aussi pour la télévision: si on attaque trop fort son interlocuteur, on suscite (envers lui) plus de sympathie de la part de l'auditeur ou du télespectateur. Ce qui est donc l'effet inverse de celui qui est en général recherché.

Claude-Marie Vadrot

Anonyme a dit…

Effet réussi puisque nous en parlons !!!
Je me disais que décidément tous les moyens sont bons pour nos démagogues. Certains caressent les chiens-chiens-à-sa-mèmère, d'autres flattent le cul des vaches au Salon...et puis d'autres se prosternent devant les chasseurs. Quelle belle campagne !

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Oui, mais attention de ne pas tomber dans le travers "tous pourris", car c'est comme cela que l'on met fin à la démocratie, quels que soient ses défauts...

CMV

ptijow a dit…

D'une manière générale, je trouve que les journalistes restent trop "gentils" avec les (gros) candidats. Si tous les candidats étaient traités de la même façon, on ne pourrait pas craindre d'en faire monter un en particulier dans les sondages. Ne serait-ce qu'en temps de parole! Pour l'instant, je ne comprends pas comment fonctionne le décompte de ce temps car je vois toujours les mêmes, et jamais les petits candidats. Sans parler du fait que ces derniers sont obligés de se partager une émission quand les 2 "futurs" ont droit à l'émission entière si vous voyez ce que je veux dire.

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Le décompte des temps égaux de parole ne fonctionne et ne fonctionnera qu'à partir du début de la campagne électorale officielle, quand les candidats potentiels ayant réuni les 500 signatures de maires ou d'élus régionaux et départementaux, auront été désignés par le Conseil Constitutionnel. Avant, le CSA préconise une "équité" de traitement et non pas une égalité.

Claude-Marie Vadrot

coco_des_bois a dit…

Alors attention, je ne disais pas forcément que Demoran était trop "gentil"... mais bien que son attitude est ridicule, et je suis persuadé qu'il a bel et bien contribué à faire passer Le Pen pour "pas si mauvais" dans cette émission, en lui resservant ses vieilles déclarations, comme si l'invité lui était tombé sur le coin de la gueule et qu'il n'avait pas eu le temps de préparer ses fiches.
Demoran est simplement mauvais et inutile, mais pour comprendre les mécanismes de l'actualité, je continue à écouter le 7-9(30)... et Mermet ;)

En revanche, pour ce qui est de l'équilibre de traitement, c'est bien parce qu'ils sont forcés de l'appliquer à la lettre sur une période aussi courte qui montre que l'info en France est fondamentalement biaisée.

ptijow a dit…

Merci de m'avoir éclairé sur le temps de parole. Donc, avant la campagne officielle, les journalistes nous font la preuve de l'absence totale de déontologie dans leur métier puisqu'ils ne traitent à égalité tous les candidats que lorsqu'ils y sont contraints et forcés par des règles établies par le CSA...effectivement, l'info est plus que biaisée. Inquiétant, hallucinant!

Anonyme a dit…

Tout à faire d'accord sur votre mise en garde contre le"tous pourris" en politique. C'est très dangereux et cela alimente la machine populiste. Loin de moi l'idée d'entrer dans ce travers ! J'ajoute même que cela est aussi valable lorsqu'on parle des médias. "Les médias" cela n'existe pas. Il y a en France une grande diversité de radio, de télé et de journaux et des journalistes qui font très bien leur métier. Ces généralités m'agacent. C'est d'ailleurs la même chose lorsqu'on utilise l'expresion "les écolos". C'est quoi ? il y a une grande variété d'écologistes, de gauche, de droite, des extrêmes etc...pour en revenir à la politique !

Anonyme a dit…

je suis bien d'accord avec vous, mais tout de même, ne vous rappellez vous pas des combats de certains défenseurs des paysages (dans les pyrénnées notamment) contre le passage de lignes à haute tension