Qui êtes-vous ?

Ma photo
Journaliste depuis 30 ans, à la fois spécialiste des pays en proie à des conflits et des questions d'écologie,de protection de la nature et de société; derniers livres publiés: Guerres et environnement (Delachaux et Niestlé), L'horreur écologique (Delachaux et Niestlé), "La Grande Surveillance" (Le Seuil),une enquête sur tous les fichages (vidéo, internet, cartes bancaires,cartes médicales, telephone, etc). Et enfin "Enquête sur la biodiversité" (ed Scrinéo, coll Carnets de l'info). Aprés 20 ans au Journal du Dimanche, collabore désormais à l'hebdomadaire Politis et à Médiapart.

samedi 10 mars 2007

L'éthanol, le Bush et le Brésil

10 mars

+ Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté contre Georges Bush au Brésil hier, notamment en signe de protestation contre des accords prévoyant l’augmentation de la production brésilienne d’éthanol, les manifestants expliquant que ce type de production ne profite qu’à quelques riches familles alors que les coupeurs de canne à sucre sont rarement augmenter par les grosses compagnies. Les protestations contre les projets d’usines de production d’éthanol, se poursuivent également aux Etats-Unis, notamment en Caroline du Nord et dans le Minnesota, les écologistes expliquant notamment que les subventions de ce type de production d’essence végétale étaient trop largement aidées par l’Etat alors que cette production n’a pas fait la preuve de son utilité économique et sociale et qu’elle n’économie aucune énergie fossile.

5 commentaires:

ptijow a dit…

Voilà, on fait produire par un pays du sud une culture au détriment des cultures vivrières et bien sûr de la forêt! Comme cela, on peut leur acheter l'ethanol à bas prix, et leur vendre notre nourriture.

Encore un exemple d'une fausse idée écologique qui ne résout ni le problème des pollutions ni celui de la destruction des habitats naturels, sans parler du maintien des écarts entre les toujours plus riches et les autres!

Francis a dit…

L'éthanol, au Brésil, c'est actuellement (pas demain) environ 1 million d'emplois dans l'agriculture, l'industrie de transformation et les services.

ptijow a dit…

Et?

C'est fatigant d'entendre toujours le même argument sur la création d'emplois pour justifier toutes les pires décisions!
Création d'emplois, en voilà une expression miraculeuse qui permet de diaboliser tous ceux qui ont le malheur de critiquer!
J'ai une idée: pourquoi n'envoyons nous pas tous nos déchets, nucléaires compris, chez eux pour les traiter, les brûler, les trier..etc? Comme ça, ils auront tous un boulot et nous, on n'aura plus besoin de déchetteries, incinérateurs et autres centres d'enfouissement dans notre belle campagne.
Comment ça, leur santé? Comment ça, leur environnement et la pollution? Comment ça, leurs enfants et nos générations futures?
Mais on s'en fout mon vieux! C'est bon pour l'emploi ça! C'est bon pour le commerce ça, mon vieux!

coco_des_bois a dit…

Oui, très bonne idée, ajoutons que le recyclage à la main de nos ordinateurs et téléphones portables, c'est des millions d'emplois, bon certes dans des conditions atroces, certes ils n'ont presque pas de quoi survivre, mais quel toupet de penser à refuser le TRAVAIL qu'on leur fournit si gentiment !

Voilà toute la logique des relations nord-sud dans sa splendeur, celle qui devrait être démontée à la une des journaux, celle qui ferait de nous tous des vrais citoyens responsables devant chacun de nos actes de consommation, et qui relativiserait les questions d'immigration et de surproduction subentionnée... et j'en passe.

Mais la simplicité du discours libéral ne l'entend pas ainsi.

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Non, l'éthanol au Brésil, l'éthanol pour les USA, ce n'est pas un millions d'emplois en plus. A peine quelques milliers.
Tout simplement parce qu'au Brésil, l'élaboration de l'éthanol, c'est l'utilisation d'un produit qui existe déjà, à savoir la fibre de canne dont on a déja extrait de quoi faire le sucre ou le rhum ou la cachassa.
Alors qu'aux USA et en France (par exemple) il s'agit de faire des cultures spécifiques pour produire de l'essence végétale.
Et, en plus effectivement il n'est pas sérieux de justifier une production de n'importe quoi par des emplois.

cmv