Qui êtes-vous ?

Ma photo
Journaliste depuis 30 ans, à la fois spécialiste des pays en proie à des conflits et des questions d'écologie,de protection de la nature et de société; derniers livres publiés: Guerres et environnement (Delachaux et Niestlé), L'horreur écologique (Delachaux et Niestlé), "La Grande Surveillance" (Le Seuil),une enquête sur tous les fichages (vidéo, internet, cartes bancaires,cartes médicales, telephone, etc). Et enfin "Enquête sur la biodiversité" (ed Scrinéo, coll Carnets de l'info). Aprés 20 ans au Journal du Dimanche, collabore désormais à l'hebdomadaire Politis et à Médiapart.

jeudi 26 avril 2007

Ségoléne Royal et le nucléaire

26 avril

Communiqué de Ségoléne Royal

En ce jour anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, accident qui n’était pas lié à la « nature du régime » comme le répète complaisamment les partisans du nucléaire, mais à la nature du combustible. Puisque, 20 ans après, nul ne sait vraiment ce qui a causé les deux explosions la candidate vient de publier le communiqué suivant. Je ne manquerais pas de publier le communiqué de Nicolas Sarkozy quand il parviendra à la presse…

« Constatant que des militants écologistes occupent le chantier
préparatoire à la construction de l'EPR à Flamanville depuis ce matin
26 avril, date anniversaire de l'accident de Tchernobyl, Ségolène
Royal rappelle qu'elle remettra en débat la décision prise par le
gouvernement de construire cette centrale nucléaire.
Ségolène Royal souligne que cette décision a été prise dans des
conditions d'analyse et de débat tout à fait contestables. Le Parti
Socialiste s'était opposé à ce choix, constatant avec les partenaires
associés au débat public l'absence d'étude d'impact sérieuse, en
particulier concernant les 150 kilomètres de ligne THT liés à la
centrale. Les participants au débat avaient également critiqué la
faiblesse des justifications avancées pour engager cet investissement.
Ségolène Royal considère qu'on ne peut engager l'avenir énergétique de
notre pays sans un débat approfondi non seulement sur l'EPR mais sur
l'ensemble du dossier. Si elle élue, elle engagera ce débat au
lendemain de la Présidentielle pour mobiliser les citoyens et les
acteurs économiques sur trois objectifs qui doivent être conciliés :
consommer moins d'énergie, car l'énergie la moins polluante est celle
que l'on ne consomme pas ; développer de manière volontariste les
filières d'énergies renouvelables, y compris en décentralisant en
proximité leur production ; examiner l'avenir de l'énergie nucléaire.
Le décret autorisant la construction de l'EPR a été publiés par le
gouvernement dans la hâte, juste avant le 1er tour de l'élection.
Cette pratique est un déni de démocratie. Pour respecter la
transparence du débat ce décret sera abrogé.

3 commentaires:

Jean-Luc a dit…

Poussons Ségo, sinon c'est retour à "l'agriculture raisonnée" et aux chers "capitaines" d'industrie (chimique, nucléaire...) camarades de Nicolas...
Alors s'il faut passer par le centre pour s'éviter ce naufrage écologique programmé...

Jean-Luc a dit…

A Ségolène éternellement reconnaissant pour avoir "classé" la Haute Vallée de la Clarée (Hautes-Alpes) et l'avoir ainsi préservée des ambitions routières et industrielles des amis de Sarkozy, alors qu'elle était ministre de l'environnement de Bérégovoy (1993)!

Blog de Claude-Marie Vadrot a dit…

Elle n'a pas été la meilleure des ministres de l'environnements, mais elle a fait quelques trucs et connaissait (connait encore) bien ses dossiers.
A Valence, avant son premier meeting de second tour, elle m'a assuré qu'elle n'oublierait vraiment pas la question environnementale. On verra...

cmv